Nos publications

Le 1er janvier 2010, le décret sur l’emploi des seniors entrait en application, imposant aux entreprises de 50 à 300 salariés d'être au minimum couvertes par un accord de branche et pour celles de plus de 300 salariés de définir un accord ou un plan d'actions en faveur du recrutement et du maintien dans l'emploi des seniors.
Depuis quelques années, les mentalités évoluent et la diversité des ressources humaines est de plus en plus considérée comme un atout pour la performance économique. Mais cette intuition, née des pratiques et des constats empiriques faits par les entreprises, n'avait pas encore été étudiée dans un contexte français. Pour la première fois en France, quatre grandes entreprises du réseau IMS - Axa, L'Oréal, Orange et Vinci - ont accepté d'ouvrir leurs portes à une équipe de chercheurs.
Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à innover et construire de nouveaux partenariats dans les pays pauvres, contribuant ainsi en partie à la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Dans une logique de responsabilité sociétale, elles intègrent cet enjeu à leur propre développement.
Vendre des produits et services à des populations pauvres...Une idée dont on peut douter a priori d'un point de vue social (n'exploiterait-on ainsi la misère ?) ou économique (existe-t-il vraiment un marché ?).
De nombreuses actions sont déployées pour informer, sensibiliser ou former les salariés au handicap. Pourtant, les difficultés à convaincre d'embaucher des salariés handicapés et de les faire évoluer persistent. Les stéréotypes ont un rôle prépondérant dans cette discrimination, d’où l’importance de les identifier de façon précise et de mesurer leurs impacts.Face à ce constat, l'IMS s'est associé à trois laboratoires de recherche en psychologie sociale pour mener une étude sur les stéréotypes liés au handicap en entreprise.