Actualités

Les mesures du plan #1jeune1solution

Publié le lun 26/10/2020 - 09:46
Dès cet été, les mesures nationales ont été mises en place et sont immédiatement mobilisables par les entreprises et les jeunes : aide à l’embauche pour les jeunes, aides exceptionnelles aux employeurs d’apprentis et aux contrats de professionnalisation, nouveaux parcours de formation, accompagnements renforcés des jeunes et parcours d’insertion…
Image principale
Les mesures du plan #1jeune1solution

Le plan « 1 jeune, 1 solution » est doté d’une enveloppe de 6,5 milliards d’euros et vise à ce que chaque jeune puisse trouver sa place dans la société autour de 3 approches prioritaires :

  1. Faciliter l’entrée dans la vie professionnelle,
  2. Orienter et former 200 000 jeunes vers les secteurs et les métiers d’avenir,
  3. Accompagner des jeunes éloignés de I’empIoi en construisant 300 000 parcours d’insertion sur mesure.

Le Plan jeunes "1 jeune, 1 solution" a été élaboré en concertation avec différents acteurs, partenaires sociaux, service public de l’emploi, services de l’État dans les territoires, associations de jeunes et d’apprentis, associations de représentation des élus locaux et entreprises engagés dans les territoires.

1. Faciliter l’entrée dans la vie professionnelle : 

Un coup de pouce pour favoriser l’embauche des jeunes : les entreprises et associations embauchant un jeune de moins de 26 ans entre le 1er août 2020 et le 31 janvier 2021 en CCD d’au moins 3 mois ou en CDI sont ainsi éligibles à une aide d’un montant maximal de 4 000 euros. 

Une prime pour favoriser l’apprentissage et les contrats de professionnalisation : L’Etat créé une aide exceptionnelle de 5.000 euros pour recruter un apprenti ou un alternant de moins de 18 ans et de de 8.000 euros pour un apprentis ou un alternant de plus de 18 ans.  En complémentarité de ces mesures gouvernementales, l’Agefiph renforce ses actions et ses aides financières pour le recrutement et le maintien des personnes en situation de handicap en alternance. L’impact attendu dès 2020 est de 330 000 contrats d’apprentissage et de 100 000 contrats de professionnalisation bénéficiant de la prime.

Des missions d’utilité sociale pour les jeunes en quête de sens : 100 000 missions supplémentaires de service civique seront proposées pour les jeunes de 16 à 25 ans (30 ans pour les jeunes en situation de handicap) qui veulent s’engager auprès d’associations pendant 6 à 12 mois. 

Soutenir l’emploi associatif en direction des jeunes : il s’agit de renforcer les moyens du FONJEP (Fond de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire) afin de préserver l’action associative et soutenir l’insertion des jeunes dans l’emploi soit au total  2000 emplois . 

1 000 jeunes seront recrutés dans les TPE et PME sur des métiers orientés sur de la transformation écologique des modèles économiques et vers la transmission des savoirs du numérique : une prime de 4 000 € sera versée à l’entreprise qui accueille un jeune en VTE vert (Volontariat Territorial en Entreprise). Les entrepreneurs pourront s’entourer de jeunes talents pour enclencher de nouveaux projets (en savoir plus : https://www.vte-france.fr/).

2 500 jeunes seront orientés vers des emplois dans le monde du sport dans le cadre de l’action de l’Agence Nationale du Sport (ANS) : Ces emplois essentiellement d’éducateurs sportifs permettent le développement des pratiques sportives sur les territoires, dans les clubs et les instances territoriales des fédérations sportives.    

 

2. Orienter et former 200 000 jeunes vers les secteurs et métiers d’avenir :

De nouvelles formations qualifiantes vers des métiers d’avenir grâce au Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) : Dès 2020, ce sont 100 000 nouvelles formations qualifiantes ou pré qualifiantes pour les jeunes sans qualification ou en échec dans l‘enseignement supérieur. Ces nouvelles formations seront concentrées vers des filières stratégiques ou d’avenir (ex métiers de la transition écologique, du numérique, les secteurs du soin et de la santé…) https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/pic/.

Des formations qualifiantes pour répondre aux besoins du secteur du soin et de la santé : 16 000 formations dans le secteur du soin seront proposées pour doubler les capacités de formation des aides-soignants, des infirmières et des auxiliaires de vie dans les 5 prochaines années.

Des formations numériques à portée de tous : Le Pass numérique vers l’emploi permettra aux jeunes de se tester et de se former et 35 000 formations numériques seront mis en place pour les jeunes non-qualifiés en 2020 et 2021.

Des parcours individualisés pour les jeunes décrocheurs entre 16 et 18 ans : Impact attendu en 2020/ 2021 : 35 000 décrocheurs bénéficiaires. 

Des places de formation supplémentaires pour les lycéens et étudiants : 10 000 places supplémentaires pour les formations universitaires, des campus connectés pour permettre aux jeunes éloignés des grandes métropoles de poursuivre leurs études. 26 500 places supplémentaires seront débloquées pour permettre aux jeunes de poursuivre des formations en études supérieures, en CAP et BTS à la rentrée 2020 ; Le nombre d’élèves bénéficiaires dans les internats d’excellence et des cordées de la réussite sera doublé. 

 

3. Accompagner des jeunes éloignés de I’empIoi en construisant 300 000 parcours d’insertion sur mesure :

Renforcement des dispositifs d’inclusion durable dans l’emploi : Le parcours Emploi Compétences (PEC) propose aux jeunes une mise en situation professionnelle dans le secteur associatif ou public, un accompagnement et un accès facilité à la formation : Impact attendu en 2021 : 60 000 PEC supplémentaires.

Le Contrat Initiative Emploi (CIE) permet aux employeurs du secteur marchand d’embaucher des jeunes dans le cadre du contrat unique d’insertion et permet à des jeunes rencontrant des difficultés d’insertion d’être embauché en étant suivi par un référent :  Impact attendu en 2021 : 50 000 nouveaux CIE jeunes.

L’insertion par l’activité économique (IAE) concerne des personnes très éloignées de l’emploi et recrutées par 4 000 structures d’insertion (chantiers, ateliers…) : Impact attendu en 2021 : 35 000 jeunes entrants en IAE.
 

Augmentation importante des dispositifs d’accompagnement vers l’emploi :

La garantie jeunes (GJ) qui propose un accompagnement intensif aux jeunes les plus vulnérables combinant expérience professionnelle, ateliers, conseils et versement d’une allocation pendant 12 mois : IImpact attendu 50 000 places supplémentaires en GJ.

Le PACEA (parcours d’accompagnement contractualisé vers l’emploi et l’autonomie) combinant expérience professionnelle, formations, accompagnement social et d’une durée maximale de 2 ans : Impact attendu en 2021 : 80 000 nouveaux parcours d’accompagnement PACEA.
 

Un accompagnement intensif des jeunes mis en place par Pôle Emploi :

Entretiens réguliers et contacts fréquents avec les jeunes : Impact attendu en 2021 : doublement de ces accompagnements

3 000 places dans le dispositif SESAME : Accompagnement sur mesure vers les métiers du sport et de l’animation. L’accompagnement SESAME représente un montant d’aide de 2000 euros par jeune et par an.

 

La lutte contre les discriminations est une priorité du plan #1jeune1solution. Les jeunes les plus exposés au risque d’exclusion (résidant en quartier politique de la ville ou zones rurales enclavées, issus de milieux sociaux défavorisés, jeunes d’origine étrangère ou réfugiés, jeunes en situation de handicap, jeunes placés sous-main de justice, jeunes issus d’un parcours en insertion par l’activité économique, etc.) feront l’objet d’une attention particulière.

De même pour le gouvernement aucun jeune ne doit être freiné dans son parcours vers l‘emploi pour des raisons financières. Les jeunes pourront disposer de revenus ou d’aides financières pendant leurs parcours d’accompagnement ou de formation.