« Les engagements du groupe La Poste doivent être transformants, impactants et entraînants pour l’écosystème »

Depuis 2016, le groupe la Poste a choisi de renommer son service RSE « Engagement sociétal » avec à sa tête Muriel BARNEOUD. Cette dernière revient sur les raisons de ce changement de dénomination, sur les thématiques portées par le groupe La Poste et sur la notation VIGEO EIRIS qui a placé le groupe leader mondial en matière de RSE.
« Les engagements du groupe La Poste doivent être transformants, impactants et entraînants pour l’écosystème »

Pourquoi avoir opté pour un changement de dénomination en 2016 et quelles sont aujourd’hui les orientations choisies par le groupe La Poste au sein du département Engagement sociétal ? 
  
Il apparaissait évident qu’en souhaitant que les engagements de l’entreprise soient à la fois transformants, impactants et entraînants pour l’écosystème, la dénomination « Engagement sociétal » avait alors tout son sens. Mais quand on souhaite atteindre cette intensité, entraîner l’écosystème, cela signifie que des sujets doivent être choisis et portés par l’ensemble des métiers et à tous les « étages » du Groupe.

Quatre thématiques ont donc été retenues en fonction de l’impact que le Groupe pouvait avoir : La transition écologique, la transition démographique avec la question du vieillissement, de la qualité de vie, des liens intergénérationnels, la transition numérique et enfin la transition territoriale, sujet très important pour la Poste, puisque dans nos statuts figure la mission d’aménagement du territoire. 
Ces transitions portent des risques mais sont également de véritables opportunités qui ont amené le Groupe à formuler trois engagements de sa politique : Le maintien de la cohésion sociale et territoriale, l’avènement d’un numérique éthique et responsable et enfin l’accélération de la transition écologique.

La transition écologique est un terrain de jeu historique du groupe La Poste qui agit depuis deux décennies en faveur de la lutte contre le changement climatique. Cela concerne tout ce qui est fait en matière de décarbonisation pour l’écosystème. A titre d’exemple, le lancement de la voiture électrique d’un point de vue industriel a pu se faire en France en partie grâce à la mobilisation de la Poste. Toutes les parties prenantes de l’écosystème ont été mobilisées : industriels, propriétaires et utilisateurs de flottes d’entreprises, et l’Etat régulateur dans son soutien aux flottes d’entreprises.

Pour la transition numérique, éthique et responsable, nous sommes très actifs notamment sur l’inclusion, sujet qui nous est cher grâce essentiellement à notre réseau de bureaux de poste auquel nous pouvons identifier les personnes en situation d’illectronisme. A ce jour, c’est plus de   80 000 personnes en MSaP et 42000 en bureaux de poste que le Groupe a pu orienter dans des programmes de formation.
Pendant la crise sanitaire, on a pu se rendre compte que cette fracture numérique ne concernait pas seulement les seniors.  Nous avons donc accompagné les enseignants qui pouvaient poster des cours et des devoirs sur un serveur de la Poste. Les supports étaient ensuite imprimés et distribués par les facteurs qui récupéraient eux-mêmes les devoirs auprès des élèves. Au total ce sont 150 000 élèves adressés en métropole ; 259 000 devoirs déposés ; 2 millions de pages imprimées (dont 120 000 pages de devoir imprimées dans les DOM), l’ensemble des Académies sont actives sur le site, et plus de 21 000 établissements utilisent la plateforme.
 
Le numérique doit aussi être éthique et c’est ce que nous avons voulu démontrer à travers la solution DIGIPOSTE, véritable « boite à chaussures » de la vie administrative que le Groupe met à disposition des français, en garantissant la protection de leurs données. Aujourd’hui nous comptons quatre millions de français équipés de ce service.

Enfin, concernant la cohésion sociale et territoriale, nous mettons l’accent sur le maintien du lien social. C’est l’objectif par exemple de la transformation de certains de nos bureaux de poste désormais hébergés par d’autres partenaires, souvent spécialistes des territoires (bistrots de campagne, épiceries solidaires notamment dans les zones rurales, commerçants, collectivités territoriales..) qui démultiplient au final la création de valeur pour le territoire et les clients.


Dans quel but le groupe La poste a développé des services comme « Veuillez sur mes parents » ou « Ma ville, mon shopping » ? 

A travers ces services, le groupe La Poste souhaite faire en sorte que ses propres actifs, son réseau et son savoir-faire puissent être au service de la résilience de la société tout entière.

Dans « cohésion sociale et territoriale » il y a aussi la question de la transition démographique. Avec l’offre « Veillez sur mes parents », nous mettons notre réseau de facteurs à disposition des besoins des seniors. Ce service garantit à l’aidant comme à l’aidé une visite du facteur autant de fois que souhaitées avec la possibilité si nécessaire de faire appel à un téléassisteur en cas de besoin.
 En 2019, ce sont plus de 200 000 prestations qui ont été ainsi réalisées via ce service et ce sont 250 000 livraisons de repas qui ont pu être effectuées par les facteurs. 

« Ma ville, mon shopping » est une plateforme à destination des petits commerces dans les villes afin de les aider à avoir leur site internet pour toucher leur clientèle habituelle sans qu’elle soit obligée de se déplacer et garder ainsi le lien avec les clients. 


Le groupe La Poste a obtenu la note jamais atteinte de 75 sur 100 par l’agence VIGEO EIRIS qui évalue les performances RSE des entreprises. Cette note fait du Groupe le numéro 1 mondial en matière de RSE, qu’est-ce qui d’après vous a fait la différence ? 

C’est avant tout, grâce à notre politique environnementale : nous sommes depuis 2019 leader dans la neutralité carbone et à l’origine du label « bas carbone » en partenariat avec  I4CE, institut de l’économie pour le climat.
Notre objectif est d’embarquer et de sensibiliser tout notre écosystème et ce toujours dans le même but : être impactant auprès des parties prenantes.

Au-delà de l’environnemental, c’est aussi lié au respect que porte le groupe La Poste aux droits humains. Nous avons la volonté d'entraîner les communautés autour de nous, la capacité à avoir des achats responsables ainsi qu'une politique d'achat locale avec plus de 80 % qui se font sur le territoire avec des PME. Nous sommes aussi le premier employeur de personnes en situation de handicap.

Enfin cette note exceptionnelle c’est aussi la reconnaissance de l’engagement de nos collaborateurs, de notre réseau, et enfin de notre présence dans l’univers du mécénat, que ce soit en dons ou en mécénats de compétence matérialisant cette notion d’engagement de tout le Groupe.