« Depuis le début de la crise du COVID-19, notre double objectif a été de préserver la santé et la sécurité de nos salariés, et d’assurer la continuité de nos activités, tant dans le domaine de la santé que celui de l’agriculture »

La crise du COVID 19 a eu des conséquences multiples : Aggravation de l’appauvrissement de foyers, mise en difficulté de certaines filières agricoles. Lise LEMONNIER, Directrice de la communication du groupe Bayer France, revient sur les actions mises en place par le groupe à destination des populations fragilisées mais aussi de ses salariés et de ses activités principales, que ce soit dans le domaine de la santé ou le domaine agricole.
Lise Lemonnier, Directrice de la communication du groupe Bayer France

Dès le début de la crise, quelles ont été les mesures mises en place par Bayer ?

Notre double objectif a été de préserver la santé et la sécurité de nos salariés, et d’assurer la continuité de nos activités, tant dans le domaine de la santé que celui de l’agriculture.

Pour les salariés de Bayer France, durant toute la période de confinement, nous n’avons pas fait appel aux mesures de chômage partiel même lorsque l’activité était réduite comme c’était le cas pour les salariés des centres de recherche et laboratoires.

Pour répondre à l’enjeu lié à la sécurité, Bayer a fourni des masques réutilisables à tous ses salariés en France et dans le monde. Le retour au travail en présentiel s’est fait par la suite de manière très progressive, afin de préserver la santé de chacun et la distanciation sociale recommandée (avec des jauges de présence maximale par site, notamment).Compte tenu de la fluctuation de la situation, cela nous a permis d’adapter notre façon de travailler en fonction de l’évolution de l’épidémie.

Concernant la continuité de nos activités pharmaceutiques et agricoles, il était essentiel pour nous de les maintenir dans l’intérêt des patients, des professionnels de santé, et des agriculteurs

Au niveau global, nous avons pris des dispositions pour sécuriser la production et l’approvisionnement de nos médicaments d’intérêt thérapeutique majeur, par exemple, en réorientant en urgence nos chaînes de production. Pour assurer leur bonne répartition sur le territoire français, les échanges avec les autorités françaises de santé ont été quotidiens.

Du côté de nos neuf sites de production de produits phytosanitaires ou de semences, ces derniers ont poursuivi leurs activités depuis mars, afin de permettre aux agriculteurs de bénéficier de nos produits indispensables pour leurs cultures.

Par ailleurs, constatant la vulnérabilité accrue des foyers les plus pauvres, et les difficultés de certaines filières d’écoulement de leurs produits , Bayer a fait un don à des banques alimentaires de la région lyonnaise, tout en aidant ces filières agricoles en difficulté. Grâce à la mobilisation de nos équipes sur le terrain, 3.5 tonnes de cerneaux de noix et 2000 poulets de Bresse ont ainsi été achetés pour être offerts à la banque alimentaire du Rhône, au Secours populaire et aux Restos du Cœur.

 

Concernant les actions liées au domaine de la santé, quelles sont celles menées par le groupe Bayer ?

Notre groupe s’est mobilisé afin de faire face à cette crise sanitaire inédite en versant un don de 1 million d’euros à l’alliance « Tous unis contre le virus », qui réunit la Fondation de France, 1er réseau de philanthropie en France, l’AP-HP et l’Institut Pasteur, des acteurs reconnus du système de santé français. Tant par l’accompagnement des professionnels pour l’amélioration de la prise en charge du soin et de la qualité de vie des patients, que par la recherche de nouveaux traitements, cette alliance reflète directement notre raison d’être : protéger chacun au quotidien et rendre l’avenir plus serein.  

Cette donation a servi à financer immédiatement des projets mis en œuvre par l’alliance, notamment :

Fournir une assistance directe aux soignants et aux patients, ainsi qu’un soutien psychologique aux professionnels de la santé, aux patients et aux familles, et enfin aux chercheurs pour la mise au point de protocoles visant à mieux comprendre le coronavirus et la pandémie en cours.

Bayer soutient aussi une étude française qui mutualise différentes expertises médicales de l’hôpital européen Georges Pompidou pour évaluer l’efficacité d’une association inédite de molécules pour le traitement de patients Covid-19. Notre groupe a également fait des dons de matériels de protection, dont  des milliers de masques, de produits dermatologiques, et des dons de repas à des professionnels de santé dans la région lyonnaise.

 

Quels sont les nouvelles mesures nées de cette situation extrême ?

Depuis le début de cette pandémie, beaucoup d’actions ont été dédiées à la lutte contre le covid-19. Or, il ne faut pas pour autant en oublier les autres pathologies. En effet, pendant cette crise, beaucoup de patients souffrant de maladies chroniques ont eu un suivi insuffisant notamment dû à leur appréhension d’engorger davantage les hôpitaux ou cabinets médicaux et de gêner les soignants, ou la peur d’une contamination. Nous avons souhaité répondre à l’appel des professionnels de santé, et avons réactivé une campagne de sensibilisation aux signes annonciateurs de l’AVC #ViteLe15. Nous proposons l’application Oncoscope qui aide au suivi à distance des patients atteints de cancers ou encore le dispositif Eyengage qui permet aux ophtalmologistes d’être en contact direct avec leurs patients atteints de DMLA ou de DME, depuis chez eux.  

 

Les jeunes apparaissent comme les premières victimes de cette crise du COVID 19 avec des chiffres plutôt alarmants sur l’accès à l’emploi : quelles sont les actions déployées par Bayer en faveur de l’insertion professionnelle et de l’emploi ?

Le groupe a toujours soutenu les jeunes diplômés en recherche d’emploi. En 2019, plus de 250 jeunes ont été accompagnés à travers plusieurs dispositifs :

  • Des actions découverte entreprise auprès des collèges et des lycées des quartiers prioritaires et pour les jeunes en situation de handicap,
  • Des actions de parrainage et de mentoring de jeunes étudiants et de jeunes diplômés en recherche d’emploi (jeunes issus de milieu modeste, ou en situation de handicap),
  • Des initiatives diverses permettant la mise en œuvre de dispositifs en faveur de l’inclusion et de l’insertion professionnelle,
  • La signature de la charte des 1000 en région Lyonnaise (engagement de 1000 entreprises pour l’insertion et l’emploi),
  • L’adhésion au club d’entreprises du Rhône et la signature de la charte d’engagement en faveur de l’inclusion et de l’insertion professionnelle,
  • La signature  d’une convention avec la Préfecture de Lille « PAQTE : pacte avec les quartiers pour toutes les entreprises » en soutien aux initiatives sur l’éducation, l’emploi, l’égalité des chances pour tous,
  • La mise en place d’un partenariat avec l’université de Lille dans la création d’un master DataScience,
  • La signature de conventions de revitalisation.

Au regard du contexte incertain que traversent les français, la mobilisation des acteurs privés et publics est aujourd’hui primordiale pour agir utilement durant cette crise. En tant qu’entreprise des Sciences de la Vie et en s’investissant dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, Bayer France s’engage pour permettre à chacun de se protéger, de se soigner, d'avoir accès à une alimentation de qualité, au quotidien et de rendre l’avenir plus serein et comme le rappelle Benoit RABILLOUD, PDG du Groupe Bayer France « Cette période si particulière appelle à faire preuve de davantage de considération et d’écoute envers nos concitoyens afin de nous rendre encore plus utile. »